Erevan

En escale à Kiev, nous faisons la queue à l’embarquement avec des Arméniens. Ils me font penser à des juifs, aux oncles et tantes qu’on croise aux réunions de famille. Je suis émue mais je me sens différente. Quand l’avion atterri, je ressens une forte émotion et j’ai les larmes aux yeux. En sortant de l’aéroport d’Erevan, je vois tous ces hommes et c’est fou. Je n’ai pas envie de dormir, je suis surexcitée !

Le lendemain, je me réveille à 6h pour regarder dehors. Je prépare le thé, les oiseaux piaillent. Ça sent les épices, ça sent pépé. Des gens élaguent des arbres. Il y a des vignes. Une femme s’épile, une autre m’observe.

On déjeune au soleil près de la cascade. Les hommes ressemblent à de gentils mafieux. il y a des vieilles voitures, les enfants sont dans les rues et ont de belles bouclettes, de la musique me donne le sourire. On a chaud et c’est paisible. Les gens se croisent et s’embrassent.

Nous partons en balade dans les rues : les lilas sont en fleurs, les vignes grimpent sur des maisons de bric et broc. Pensée pour maman quand je découvre la fontaine astro sur Aznavour Square. On atterrit sur la place de la liberté derrière l’Opéra, une bonne occasion de boire un jus dans un des nombreux cafés lounge où des drapeaux nationaux flottent parmi les plantes et les musiques actuelles.

Des peintres, partout dans le parc à deux pas, jouent aux cartes. Une femme confectionne un bouquet de lilas. Les kiosques à fleurs aux coins des rues, les sculptures dans les rues ombragées, les pavés sur les trottoirs font d’Erevan une ville où il fait bon vivre. 

Northern avenue accueille les grands magasins et un centre commercial glacial tandis qu’un attroupement se prépare place de la République pour le concert d’une femme qui pose partout dans le pays. Des bâtiments en ruine dénotent face aux building et hôtels de luxe. Le marché aux puces est immense ! On y vend chaque jour des nappes, des jeux d’échecs, des sacs en laine, des bibelots ringards, des tapis et des bijoux. On achète des ciseaux à bois et un chemin de table à offrir.

Depuis le monument du génocide : vue sur le mont Ararat enneigé et coucher du soleil raté. Vin blanc et sushi dans une bulle dans les arbres. Beignets salés près de l’appart avec café pas bon offert.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s